Halle aux grains
> 25 mars

Sirènes et marionnettes

Orchestre National du Capitole de Toulouse
Orféon Donostiarra
Fuad Ibrahimov, direction


Ce concert très particulier qui devait être dirigé par Tugan Sokhiev commence par une déclaration de quatre représentants des membres de l’Orchestre National du Capitole de Toulouse. En effet, Tugan Sokhiev démissionnaire suite aux conséquences de la guerre en Ukraine, les musiciens de l’OrchestreNational du Capitole de Toulouse tenaient à manifester leur profonde tristesse causée par ce départ précipité et rappellent que la fin du contrat de leur chef qui arrivait en juin prochain n’était pas la fin de leur collaboration puisque de nombreux projets devaient les rassembler dans les mois et les années prochaines.
Quoi qu’il en soit, c’est le chef Fuad Ibrahimov, citoyen d’Azerbaïdjan, qui dirigeait avec fougue et de belle manière le concert prévu.
Ainsi, les Nocturnes de Claude Debussy, triptyque symphonique, sous-titré respectivement Nuages, Fêtes et Sirènes, affiche une troublante alchimie des couleurs qui créent un envoûtant climat de poésie et une véritable fête sonore. Les chœurs féminins de l’Orféon Donostiarra, doux et éthérés, habitent la dernière partie du triptyque en évoquant le légendaire chant des sirènes.
La suite du ballet Pulcinella et Petrouchka, scènes burlesques en quatre tableaux d’Igor Stravinsky s’animent devant nos yeux éblouis dans une chorégraphie guerrière et tendue où le néoclassicisme de l’auteur se pare d’accents tragiques et ironiques dont l’âpreté et la puissance expressive ne peut que nous saisir.

Jean-Félix Marquette