Dimitri Malignan

Pérégrinations
Jean-Sébastien Bach. CD Editions Hortus.

Dans cet enregistrement "Pérégrinations" consacré à Jean-Sébastien Bach, le pianiste Dimitri Malignan nous invite à (re)découvrir des oeuvres rares au disque. Le piano à cordes parallèles de Chris Maene datant de 2015 recrée le timbre historique tout en conservant la technicité d’un piano moderne. La sonorité est de prime abord un peu déroutante (manque de puissance et d’harmoniques) puis nous percevons la qualité d’un jeu épuré, presque ascétique qui sied magistralement aux pièces présentées.
Dans le Capriccio en si b majeur BWV 992 "Sur le départ de son frère bien aimé", Bach n’a alors que 19 ans, Dimitri Malignan peint six sublimes tableaux saisissants de vérité dont le poignant Adagiosissimo (lamento général des amis) qui nous tire des larmes. Le recueil des quinze Sinfonias BWV 787-801, considéré à tort comme scolaire, révèle sous les doigts habiles du pianiste une grande variété de couleurs et de sentiments le rendant particulièrement divertissant. De souligner l’intensité de l’Adagio en sol majeur BWV 968, transcription du compositeur de sa propre 3e sonate pour violon solo. La version de la Fantaisie et fugue en do mineur BWV 906 rend hommage à l’art polyphonique de Bach grâce à un équilibre subtil entre les deux mains. Dimitri Malignan conclue avec le Prélude, Fugue et Allegro en mi b majeur BWV 998, une version qui confirme l’intégrité musicale d’un pianiste remarquable qui ne cède jamais à la facilité.

Anne Grafteaux-Géli