Utmisol

Candide

Théâtre du Capitole

> 22 décembre

Candide
Photographies par Patrice Nin 
Candide
Photographies par Patrice Nin 
Candide
Photographies par Patrice Nin 
Candide
Photographies par Patrice Nin 
Candide
Photographies par Patrice Nin 
Candide
Photographies par Patrice Nin 
Candide
Photographies par Patrice Nin 
Candide
Photographies par Patrice Nin 
Candide
Photographies par Patrice Nin 
Candide
Photographies par Patrice Nin 
Du Candide de Léonard Bernstein, les mélomanes connaissent bien l’ouverture et l’air à vocalises de Cunégonde. Il était donc intéressant de découvrir la partition dans son intégralité.
Drôle, l’œuvre suit le conte de Voltaire, mais n’en garde que la façade. Il est vrai que restituer le propos relève d’un vrai défi. Et les dialogues parlés, un peu trop nombreux, viennent alourdir l’oeuvre.
Francesca Zambello propose une mise en scène burlesque, souvent drôle mais qui manque un peu d’inspiration.
Le trio Candide, Andrew Stenson, Cunégonde, Ashley Emerson et Pangloss, Wynn Harmon, font preuve de dynamisme, d’un réel plaisir à jouer même si les voix ne sont pas toujours au rendez-vous notamment pour Ashley Emerson qui a du mal à s’acquitter des pièges d’une partition redoutable. Citons la Duègne de Marietta Simpson qui sait donner à ce personnage une vraie épaisseur et le Cacambo d’Andrew Maughan tout à fait convaincant.
Les troupes capitoliennes sont dirigées avec fougue par James Lowe qui sait faire briller cette partition festive. Du beau travail!

Marc Laborde