Utmisol

Les grandes voix de l’Académie chantent l’opéra français

Académie européenne de musique française

Domaine Régismont-le-Haut, Poilhes

> 18 juillet

Les grandes voix de l’Académie chantent l’opéra français
 
Toujours engagé dans la défense de la musique française qu’il il a si magistralement illustrée à maintes reprises, Michel Plasson a créé l’Académie européenne de musique française qu’il accueille dans sa belle propriété de l’Hérault. Sous la conduite du maître et de grands artistes, de jeunes musiciens bénéficient de Master Classes exceptionnelles, leur permettant à tous de progresser et pour certain de connaître par la suite une véritable carrière de solistes. Bénéficiant des conseils de José van Dam, de Sophie Koch et de Michel Trempont, accompagnés par Sophie Raynaud, Kira Parfeevets, les «fées», comme les appelle Michel Plasson, lui-même fort investi dans la formation, les treize jeunes chanteurs ont proposés en solo ou à plusieurs pas moins de 20 airs plus ou moins connus, tirés aussi bien de Roméo et Juliette, de la reine de Saba ou Faust de Gounod, des Pêcheurs de perles ou de Carmen de Bizet, de la Belle Hélène, des contes d’Hoffmann d’Offenbach ou encore de Manon, Werther, du Cid et d’Hérodiade de Massenet.
Toutes les places sont occupées par un public enthousiaste qui ne boude pas son plaisir et, encouragé par Michel Plasson qui présente les artistes et les morceaux, applaudit avec joie. Sophie Koch offre un merveilleux cadeau à ses élèves comme au public, en chantant aux côtés de ses élèves dans les deux extraits finaux des Contes d’Hoffmann. Un pur bonheur …
Certes tous les juniors n’arrivent pas au sommet, certains ont encore beaucoup de travail à fournir, s’ils le peuvent. Mais la joie de chanter est palpable. A une jolie voix, pleine de promesse, certains ajoutent un talent d’acteur prometteur, ainsi entre autres Albane Carrère, délicieuse dans l’invocation à Vénus ou Joan Martin-Royo, notamment dans les trois chansons de Don Quichotte à Dulcinée de Ravel. Blerta Zhegu est charmante dans le «Je veux vivre…», interprété de manière très expressive.
Albane Carrère encore et Reksi Sata sont charmantes en Malika et Lakmé dans le célèbre duo des fleurs. Le fils de Michel Plasson est à l’honneur, puisqu’il dirige avec maestria les pièces collectives.
La soirée se termine par une réception dans une très belle salle où public et musiciens partagent un moment charmant de convivialité. On ne peut que savoir gré à Michel Plasson d’avoir créé cette Académie, d’y associer des musiciens remarquables et de donner cette superbe opportunité à de jeunes musiciens. Le public ne s’y trompe pas et lui réserve une belle ovation, méritée aussi par la petite équipe totalement dévouée qui assure la mise en œuvre de ce projet, ce qui n’est pas une mince affaire. Le partage ainsi réalisé est complet, riche et fascinant, merci à tous.

Danielle Anex-Cabanis