Utmisol

Pierre Gallon

Blancrocher, Froberger, Couperin, Dufaut, Gaultier

Pierre Gallon
 
Pierre Gallon, clavecin. CD Encelade.

Le présent disque nous brosse un panorama où les musiques de Louis Couperin, Johann Froberger, François Duffaut, Denis Gaultier et Charles de Blancrocher forment une image de la musique française de la première moitié du XVIIe siècle.
Pierre Gallon, y mêle des pièces et des compositeurs connus (Couperin, Froberger et son tombeau dédié à Blancrocher) mais aussi des pièces pour luth, transcrites par l’interprète de Duffaut et Gaultier. Il était d’usage à l’époque de transcrire des pièces de luth pour clavecin, instruments aux timbres et aux répertoires proches.
Les clavecins choisis (puisqu’il y en a deux dans ce disque) ont des timbres très riches, avec de très belles couleurs. Plus clair pour le clavecin français, et un médium très chantant pour la facture italienne.
Il est clair que Pierre Gallon n’a pas choisi la facilité avec des compositeurs très «savants» comme Froberger à la musique très tourmentée et changeante: parfois exubérante (Tocade) ou introspective (fantasia). Au point de vue discographique, beaucoup de clavecinistes s’y sont essayés avec plus ou moins de réussite (Christophe Rousset pour les moins convaincants, Julien Wolfs et bien sûr Blandine Verlet pour les très belles réussites). Le toucher sensible de Pierre Gallon nous emporte dans un monde de poésie tout en retenue, avec la volonté de ne pas en rajouter dans le côté descriptif des pièces (le tombeau de Blancrocher de Frobergeren est un exemple: moins théâtral que chez Blandine Verlet).
La suite de Gaultier est une belle découverte: la sarabande noble et hautaine est une des très belles plages de ce disque. Le CD se conclut tout naturellement par une allemande de Blanrocher jouée au luth par Diego Salamanca, terminant habilement ce projet discographique.
Un disque tout à fait recommandable, avec un très beau travail de transcription de pièces de luth pour le clavecin.
Très bonne prise de son, image large et profonde.

Michel Pertile