Utmisol

Les fêtes vénitiennes

Théâtre du Capitole

> 23 février

Les fêtes vénitiennes
Photos par Patrice Nin 
Les fêtes vénitiennes
Photos par Patrice Nin 
Les fêtes vénitiennes
Photos par Patrice Nin 
Les fêtes vénitiennes
Photos par Patrice Nin 
Les fêtes vénitiennes
Photos par Patrice Nin 
Les fêtes vénitiennes
Photos par Patrice Nin 
Les fêtes vénitiennes
Photos par Patrice Nin 
Les fêtes vénitiennes
Photos par Patrice Nin 
Les fêtes vénitiennes
Photos par Patrice Nin 
Les fêtes vénitiennes
Photos par Patrice Nin 
Les fêtes vénitiennes
Photos par Patrice Nin 
Les fêtes vénitiennes
Photos par Patrice Nin 
En programmant Les Fêtes Vénitiennes de Campra, le Capitole nous a permis de découvrir une œuvre rare, ici admirablement montée. La mise en scène de Robert Carsen est tout aussi intelligente que belle et souvent drôle. Intelligente car elle nous invite à une rétrospection en débutant par ces touristes qui découvrent la place Saint-Marc lors de l’ouverture, place que nous retrouverons souillée de cartons de pizzas lors du final: la vie reprend son cours, le carnaval est fini. Belle, avec ces couleurs rouges et ces décors moirés qui composent autant de lieux imaginaires. Drôle, lors de la pastorale avec ce ballet des moutons! Les Fêtes Vénitiennes sont un opéra ballet et il faut souligner l’extraordinaire travail de la Compagnie Scapino Ballet de Rotterdam qui réinvente les célèbres entrées classiques. La distribution est tout aussi rompue au grand style français et à la déclamation. Aucune faute de goût et si Campra n’est pas Rameau, faiblesse du livret, nos protagonistes sont exemplaires. Citons Cyril Auvity en maître de danse désopilant ou François Lis, remarquable Rodolphe. Elodie Fonnard est elle une Fortune de haut vol avec son costume «de tripot» particulièrement réussi. Mais le grand orchestrateur de cette soirée est bien sûr: William Christie qui accompagné de ses Arts Florissants nous livre une lecture précise, enjouée, dynamique de cette partitions oubliée. Grand prêtre de cette musique, William Christie sait en faire ressortir tous les détails, rien n’est laissé au hasard: quel travail, le Grand Siècle est bien là, bien vivant! Soirée magique pour une œuvre magistralement restituée.

Marc Laborde