Utmisol

Mosaïque de chants sacrés

Notre-Dame de la Daurade

> 2 mars

Mosaïque de chants sacrés
Hélène Delalande 
L’Association des Amis des orgues de la Daurade et UtMiSol ont proposé un concert, dans lequel ont été reprises la majorité des pièces du CD, Mosaïque de chants sacrés, déjà présenté ici. Marc Chiron à l’orgue démarre avec «l’esquisse no1» (op. 58) de Schumann, puis accompagne Rie Hamada, soprano, et Midori Sano à la viole de gambe dans «Blute nur» de la «Passion selon saint Matthieu» de Bach. En alternance avec, les deux organistes accompagnent Victor Colombo, ténor, dans «Agnus Dei» de Bizet, puis Hélène Delalande dans l’ «Agnus Dei» de la «Petite Messe» de Rossini. Laurent Labarbe, baryton-basse, chante ensuite «Gott sei mir gnädig» tiré du «Paulus» de Mendelssohn . Paul Crémazy chante ensuite l’ «Ave Maria» de Schubert, suivi par Hélène Delalande et Anaïs Constant, sublimes dans le «Qui tolis» de la petite messe solennelle de Rossini. Je retiendrai toutefois particulièrement le «Cujus animam» du «Stabat Mater» de Rossini auquel Pierre-Emmanuel Roubet prête sa voix toute en subtilité et nuances, ainsi que le somptueux «Et incarnatus est» de la «Messe en ut mineur» de Mozart, chanté de manière magnifique par Anaïs Constant. Matthieu Toulouse propose un «Rollend in schäumenden Wellen» tiré de la «Création» de Joseph Haydn, tout en ruissellement et déferlement et fort impressionnant. Guillaumine Fayköd termine le concert par la «Toccata en Do Mineur» extraite de la «Suite Gothique» op. 25 de Léon Boellmann. Un bis du groupe ensemble suit l’hommage rendu à Pierre Stortti inlassable soutien des jeunes talents lyriques et derrière tant d’initiatives pour les faire connaître. Un seul bémol: c’est regrettable qu’un tel moment ne réunisse guère plus de 80 personnes, et cela tant pour les artistes que pour les organisateurs.

Danielle Anex-Cabanis