Utmisol

Orient et Occident

Éric Aubier et Roustem Saïtkoulov

Orient et Occident
 
Éric Aubier, trompette
Roustem Saïtkoulov, piano
Nicolas Chalvin, Orchestre des Pays de Savoie.
1 CD INDESENS

Ce nouvel album d’Eric Aubier, artiste phare du label Indesens, associe trois compositeurs: les estoniens Arvo Pärt (né en 1935) et Jaan Rääts (né en 1932) et le russe Dimitri Chostakovitch (1906-1975). Des deux derniers il présente leur concerto pour piano, trompette et orchestre à cordes, du premier son Concerto piccolo über B-A-C-H pour trompette, orchestre à cordes, piano et clavecin. Deux œuvres pour orchestre à cordes de ce compositeur complètent le programme: Cantus in memory of Benjamin Britten et Orient et Occident.
Le pianiste Roustem Saïtkoulov et l’Orchestre des Pays de Savoie de Nicolas Chalvin s’associent à ce grand trompettiste dans les double concertos. Là, leur entente respire joie de vivre et enthousiasme pour sublimer l’énergie et l’humour jazzistiques de l’œuvre du grand maître russe et la vigueur répétitive et percussive de celle de Jaan Rääts.
Le Concerto piccolo über B-A-C-H de Arvo Pärt est un décalque habile d’un certain baroquisme, mais également, un hommage franc à la musique de Jean Sébastien Bach. Le rôle de la trompette solo doit être tenu par un virtuose implacable, et c’est bien le cas ici, pour en exalter toute la saveur exquise.
Cantus in memory of Benjamin Britten pour cordes et clochedu même auteur, composé en 1976 juste après la mort du compositeur britannique, ne retrouve pas sous la baguette de Nicolas Chalvin et de son Orchestre des Pays de Savoie, malgré une sensibilité réelle, la profondeur et l’atmosphère de vive déploration que l’on retrouvaient, par exemple, dans les enregistrements respectifs des Järvi père et fils, grands défenseurs de la musique de leur célèbre compatriote.
Enfin, Orient et Occident pour cordes seules, à la mélodie entêtante et aux glissandi incisifs, perd, là encore quelque peu, le côté archaïque et le savant effet de miroir sur l’antagonisme Orient-Occident que l’on percevait dans l’enregistrement du chef estonien Tonu Kaljuste et de l’Orchestre symphonique de la Radio suédoise paru chez ECM.
Malgré ces réserves, cet enregistrement, carte de visite de luxe, manifeste tout le talent d’un grand trompettiste quant au choix de son répertoire et à l’exécution de celui-ci.

Jean-Félix Marquette