Utmisol

Julia Kogan ou l’art du beau chant

Portrait

 Julia Kogan ou l’art du beau chant
 
Julia Kogan, Franco-Ukrainienne ayant longtemps vécu aux U. S. A. , a la passion du bel canto. «Je chantais avant de parler», affirme-t-elle avec humour. Spécialiste du rôle périlleux de la Reine de la Nuit chez Mozart qu’elle interprétera au Canada dans quelques jours, Julia Kogan aime ce personnage hypocrite, immonde auquel le divin maître de Salzbourg a confié des phrases inimaginables «utilisant toute l’étendue de la voix». Notre diva déclare «se passionner pour le répertoire baroque, dont elle aime le côté clair-obscur, le feu d’artifice vocal, la pyrotechnie». Julia Kogan aime cette musique de l’extrême.

C’est dans un récital Vivaldi que nous la retrouverons le 19 avril à Montauban et le 20 avril à Odyssud pour fêter les vingt-cinq de l’orchestre Les Passions de Jean-Marc Andrieu.

Mais, Julia Kogan sait aussi faire la part belle au répertoire contemporain, notamment en interprétant des mélodies d’Isabelle Aboulker pour laquelle, elle ne cache pas son admiration.

Julia Kogan a enregitré un cd consacré à Vivaldi chez Rideau Rouge.

Pierre Vermeulen