Utmisol

Monteverdi et Marazzoli : Combattimenti

Le Poème Harmonique : Vincent Dumestre

Monteverdi et Marazzoli : Combattimenti
 

Un pur bonheur


En une douzaine d’année Vincent Dumestre et son Poème Harmonique ont publié chez Alpha, dans la superbe collection Ut pictura musica, des disques plus merveilleux les uns que les autres, proposant le répertoire le plus rare dans des interprétations alliant précision et liberté. Cette équipe nous offre enfin Monteverdi comme nous l’attendions. Le Lamento della Ninfa est au répertoire de cet ensemble depuis 2004, le grand public avait vu la partie centrale du madrigal lors des victoires de la musique classique de 2005 à la télévision. Ce superbe Lamento est ici la perle baroque la plus rare. Tout y est merveille, le trio d’hommes d’abord enchante par la beauté des voix, le continuo mené par le théorbe de Vincent Dumestre est brûlant et la Ninfa de Claire Lefilliâtre, à la voix ambrée, est exactement celle que Monteverdi a du rêver. Ni Ninfette à la voix acide, ni tragédienne trop pathétique. C’est une femme de chair, une voix précieuse qui nuance admirablement les mots, qui fuit son chagrin et nous entraîne avec elle.
Le Madrigal absolu, comme le nomme Philippe Beaussant, Hor ch’l Ciel et la Terra, ouvre le CD en un moment de pure magie sonore en raison de l’équilibre parfait entre voix et instruments, des couleurs très variées et des nuances extrêmes. Une interprétation qui marque et fera date. Le Combattimento de Tancredi et Clorinda qui donne son titre au CD est une proposition interprétative des plus originales. La théâtralité est entièrement dans le choix d’un instrumentarium somptueux et adroitement utilisé. La voix de Marc Mauillon est jeune et sensible, comme malléable au tragique du texte qu’il dit. Admirable de texte (et quel texte!) il le projette très naturellement. Les gorgie sont admirablement réalisées prouvant une souplesse de voix rarissime chez un baryton. D’autres Testo sont plus dramatiques, plus engagés dans la tragédie. Celui de Marc Mauillon arrive à trouver la juste distance entre le trop extérieur et le trop empathique. Les interventions d’Isabelle Druet en Clorinde et Jan Van Elsacker en Tancredi sont d’une théâtralité totalement assumée avec des couleurs vocales, agressives ou douces assez incroyables. La courte Consonnanze Stravaganti de Giovanni Marai Trabacci qui suit le Combattimento en parfaite solution de continuité est quasiment atonale. Elle décrit admirablement le néant qui nous envahi après l’abomination de ce combat qui voit un amant éperdu tuer son aimée et celle-ci lui pardonner. En vrai musicien baroque chercheur, Vincent Dumestre a complété le programme avec un intermède inouï rempli de rires, de Marco Marazzoli. Cette Fiera di Farfa, foire de Farfa, est une belle découverte spirituelle et indescriptible. Ceux qui connaissent l’album Il Fasolo savent le côté théâtral et musical mêlé, qui repose sur un humour en musique d’une absolue rareté, dont le Poème Harmonique est spécialiste!
Un album majeur du Poème Harmonique. Son plus beau peut être. Pour l’heure. . .

Hubert Stoecklin

1 Cd Alpha 172