Utmisol

François Meïmoun

Le Chant de la Création

François Meïmoun
 
François Meïmoun: Le Chant de la Création et autres œuvres. CD Triton.

Professeur d’analyse musicale au Conservatoire National Supérieur de Musique et Danse de Paris, François Meïmoun, qui a suivi dans ce même conservatoire et dans la même matière les cours de Michaël Levinas, se voit offrir par les disques Triton un album dédié à certaines de ses œuvres enregistrées en direct, pour la plupart lors de leur création. Le Chant de la Création, qui donne son titre à cet album, est un concerto pour orchestre en trois mouvements titrés respectivement: Le Chant, Danse du Ciel et de la Terre, La Lumière. L’auteur dit avoir voulu retrouver le son du Big Bang au moment de la Création du Monde; alors les trois mouvements représentent ce chant créateur qui est la parole divine puis la création du Ciel et de la Terre, enfin celui de la Lumière. Très personnelle sa musique présente, néanmoins, de forts accents ravéliens voire stravinskiens qui organisent un magnifique festival sonore au pouvoir évocateur et à l’atmosphère concertante. L’Orchestre National de Bordeaux Aquitaine sous la direction de Paul Daniel, impliqué et précis, nous en donne la pleine mesure lors de cette première audition en novembre 2017. Deux de ses quatuors à cordes sont présents sur ce disque. Le premier joué par le Quatuor Ardeo et le cinquième (titré Le Livre des Songes) interprété par le Quatuor Tana et enregistré lors de sa création au Festival Musica de Strasbourg en 2018. Œuvres brèves mais denses, elles manifestent le même sens musical au service d’un onirisme poétique. La Danse, selon Matisse pour piano interprétée par son dédicataire Roger Muraro et enregistrée au Studio 104 de la Maison de la Radio à Paris lors de sa création en février 2018 est une étude de rythme évoquant le célèbre tableau de Henri Matisse dont ce prestigieux interprète ne peut qu’en donner la meilleure traduction. La Danse du Peyolt pour piano à quatre mains se réfère à l’ouvrage Les Tarahumaras d’Antonin Artaud. Dédiée à Vanessa Wagner, elle en assure ici la création avec Marie Vermeulin à l’Orangerie du Parc de Bagatelle à Paris en septembre 2016. Là encore chorégraphie sauvage et étude de rythme se combinent dans un tourbillon incantatoire. Pour les mêmes interprètes, Hora pour 2 pianos, créé et enregistré le même jour en l’église de la Grave pour le Festival Messiaen au Pays de la Meije en juillet 2017, participe à la même esthétique. Enfin, Accolades pour alto et piano, pièce brève interprété à l’alto par son dédicataire Sylvain Durantel et au piano par Emmanuel Christien, revisite le scherzo dans son caractère le plus endiablé. Ainsi, ces enregistrements qui témoignent de l’Œuvre protéiforme d’un compositeur plus que prometteur lors de leur création par des interprètes d’exception présentent un réel intérêt pour les amateurs de musique contemporaine.

Jean-Félix Marquette